Actualité de l'immobilier parisien

actualités immobilier paris. 2018, la taxe d'habitation pourrait tenir compte des revenus Rue de paris

2018, la taxe d'habitation pourrait tenir compte des revenus

12-02-2014

Dans le cadre de la reforme des impôts, le Comité des finances locales (CFL), composé de représentants de l'Etat et d'élus locaux ,étudie une reforme de la taxe d'habitation.  Le gouvernement voudrait revoir le mode de calcul de cette taxe qu'il souhaiterais progressive en fonction du niveau de revenu des ménages.

Les conclusions seront rendues au printemps 2014, les premières mesures pourraient être traduites dans le projet de loi de finances 2015. Cependant les mesures concernant les particuliers n'entreraient en vigueur qu'en 2018. Cette taxe a rapporté 16,5 milliards d'euros aux collectivités en 2009, forcément il s'agit d'un sujet politiquement délicat.
La taxe d'habitation est calculée en fonction de critères très précis, qui parfois "datent" un peu et ne revèle plus le caractère luxueux d'une habitation, produisant au contraire des abérations, un immeuble HLM pouvant être davantage taxé que de luxueux batiments parisiens.

actualités immobilier paris. Des taux de crédits immobiliers attractifs calcul taux

Des taux de crédits immobiliers attractifs

25-04-2014

Les taux d'intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers ont baissé à 3% au mois de mars, contre 3,04% en février.

Les taux des prêts se sont établis à 3,09% pour l'accession dans le neuf et 2,98% pour l'accession dans l'ancien selon les données mensuelles publiées par l'observatoire. «Après avoir repris 19 points de base entre juin et octobre 2013, les taux avaient légèrement reculé au cours du troisième trimestre 2013, pour s'établir à 3,08% en décembre». «Ils ont diminué plus rapidement au cours du 1er trimestre 2014, cédant 8 points de base et revenant à leur niveau d'août 2013».

Le mois dernier, la durée des prêts s'est établie à 206 mois, en moyenne contre 199 mois en février. «La durée moyenne qui avait fortement reculé au début de l'année 2013 - avec le repli de la primo accession sous l'effet de la dégradation du prêt à taux zéro (PTZ+)», recentré sur le neuf - «s'était ressaisie au début du printemps, une fois le choc du PTZ+ absorbé», rappelle l'observatoire. «Mais dans l'ensemble, elle s'était stabilisée à un niveau plus bas qu'auparavant», soit environ 8 mois de moins qu'en 2011, «lorsque la primo accession était particulièrement dynamique».

«Alors que les flux de la primo accession des jeunes ménages (dans le neuf, notamment) sont déprimés, la durée moyenne des prêts accordés a encore diminué durant le 1er trimestre 2014», note l'observatoire. «Dans le même temps, le niveau de l'apport personnel s'est redressé au cours du 1er trimestre 2014 (+3,1% sur un an, en glissement annuel, après -5,6 % en 2013), dans un contexte de panne de la primo accession et de renforcement des difficultés d'accès à la propriété des ménages modestes».